A propos d’écriture

 

11025818_10152587365121637_7778934155193469940_n     Ecrire,c’est avant tout lire.

Edouardo Halfon nous explique (article d’Emmanuel Hecht paru dans l’Express n°3329) qu’avalant livre sur livre, il affûte sa sensibilité à l’écriture avant de faire le grand saut vers le métier d’écrivain, « naturellement », la lecture débouchant selon lui sur l’écriture.

Pour écrire, il faut se nourrir de littérature.

S’imprégner d’histoires, de personnages, de descriptions des auteurs qui l’ont précédé vont permettre à    l’écrivain de s’attaquer à la page planche. Il va lui falloir emprunter des chemins déjà parcourus et sur le tracé de ces chemins, ajouter son originalité pour créer un nouvel ouvrage. Il est donc tout à fait illusoire d’ envisager qu’une oeuvre est totalement vierge de toute référence à d’autres textes. Pour qu’il y ait nouveauté, il faut qu’il y ait précédent. Ecrire c’est nécessairement puiser dans une réserve d’œuvres, de thèmes, de phrases en considérant un apport nouveau.. L’auteur, pour être original, devra donc choisir puis comprendre les ouvrages précédents pour en extraire ce qui servira à son travail. Tout comme l’enfant a besoin d’un modèle pour se développer, l’écrivain va rechercher la richesse de l’oeuvre choisie pour lui redonner une dynamique personnel. Imprégné de ses propres lectures, il  dépasse le modèle et apporte son empreinte personnelle  au texte. Son travail  sera alors création et inédit.

Demain, 65 millions d’écrivains ? – Information – France Culture.

A propos d'écriture images-144x150Pourquoi écrire?

Mieux vaut ne pas se poser la question. Mais bon, on écrit, je suppose pour être lu donc pour partager avec les lecteurs un peu de notre intimité. Et comment partager le mieux possible? En choisissant, un personnage, une histoire, des mots, des tournures de phrases….

Tout cela n’est pas facile; c’est un travail de longue haleine, une force, un abandon, un dur labeur.

Des moments de recherche, des instants de découragement, des pages effacées, des phrases recomposées, des mots recherchés,changés. Tout à réécrire, un paragraphe à couper puis à remettre, à sa place ou ailleurs. Ne pas se décourager et continuer. Et puis advienne que pourra… il faut bien s’arrêter et finir par se satisfaire de son travail.

Et,  à l’occasion d’une re-lecture se dire : J’ai écrit ça? C’est bien moi qui l’ai écrit? Voilà toute la valeur de mon travail : C’est exactement ce que je voulais exprimer, ce que je cherchais et j’y suis.

Une fois l’ouvrage achevé, passer à la prospection d’un éditeur. Et là, c’est une autre histoire…

Publié dans : ||le 13 mai, 2014 |2 Commentaires »

2 Commentaires Commenter.

  1. le 13 mai 2014 à 20:11 eructeuse écrit:

    votre texte a été fort joliment commenté sur google et partagé…Bonne soirée.

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : Allô les pompiers

  2. le 13 mai 2014 à 12:15 eructeuse écrit:

    Bonjour tout à fait ça…

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : Allô les pompiers

Laisser un commentaire

The Sweet Rose Of Deth |
Tout et rien |
Les écrits manuel(s) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BOULEAU DE BIRKENAU
| sunshine
| malibrairiesalon2t