A propos de lecture


Bilqiss


Saphia Azzeddine


Stock

 

« Vous priez encore Dieu ?
– Bien sûr. Pourquoi ne le ferais-je pas ?
– Eh bien, il me semble qu’Il vous a abandonnée ces derniers temps.
– Allah ne m’a jamais abandonnée, c’est nous qui L’avons semé. « 

Zaphia Azzedine dans ce roman nous surprend par la violence des événements tout autant que par la complexité des sentiments de ses personnages. Un roman à plusieurs voix : celle de l’accusée, effrayante de force dans sa souffrance, celle d’une journaliste américaine « affaiblie et fragilisée  par sa chance» et celle d’un juge au champ de vision rétréci malgré lui.

Zaphia Azzedine passe d’un point de vue à l’autre pendant le récit du procès qui précède la lapidation de cette jeune et belle veuve, emprisonnée dans un pays musulman.  La femme qui dérange, car indocile, arrogante, intelligente et libre face à l’obscurantisme est accusée d’avoir pris la place du muezzin pour l’appel à la prière du lever du jour.

« Cette beauté tragique au regard puissant » à travers les échanges parfois terrifiants qu’elle entretient avec son juge et la journaliste qui suit son procès nous montre  une frontière extraordinairement étroite entre blâme et clémence, haine et amour, force et faiblesse.

 

Je vous conseille fortement ce livre d’une écriture vive et incisive;

 

Publié dans : ||le 20 septembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

The Sweet Rose Of Deth |
Tout et rien |
Les écrits manuel(s) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BOULEAU DE BIRKENAU
| sunshine
| malibrairiesalon2t